Colloques et journées d’etude de 2003 à 2023

À propos : Dans la continuité des travaux menés par ses membres depuis les années 2000, le Comité d’histoire parlementaire et politique (CHPP) célébrera scientifiquement son vingtième anniversaire les 21, 22 et 23 septembre 2022 par la tenue d’un colloque international consacré aux pouvoirs parlementaires et politiques en temps de crise et d’exception. Il réinterrogera, dans une perspective résolument comparative et de longue durée, les notions de crise, d’exception, d’état d’urgence avec les regards croisés disciplinaires les plus larges des sciences humaines et sociales : historiens, politistes, juristes, économistes, sociologues, démographes.

Lieu : Paris (Assemblée nationale, Conseil d’Etat et Sénat)

Coordonné par : Jean Garrigues, Pierre Allorant et Walter Badier

Organisé par : le CHPP et la Commission internationale pour l’histoire des assemblées d’Etats (CIHAE)

Partenaires : l’Université d’Orléans (POLEN), l’Université Bordeaux-Montaigne (CEMMC) et la Société française d’histoire politique. 

À propos :

L’objectif de ce colloque est de réfléchir sur le temps long, aux continuités et discontinuités républicaines entre 1789 et 1945 à travers huit thématiques dans des domaines de recherches historiques qui ont connu d’importants renouvellements ces dernières années :
1°) Acteurs individuels et collectifs
2°) Genre et République
3°) La République, quelle république ?
4°) Circulations des modèles républicains entre la France et le monde
5°) Impérialisme, colonialisme et république
6°) Ordre et désordres républicains
7°) Pour une histoire culturelle et matérielle de la continuité républicaine
8°) Enjeux de mémoires

Cette volonté d’établir un bilan des dernières avancées historiques et d’ouvrir des perspectives de recherches nouvelles se traduit par un dispositif particulier composé de tables rondes avec un président de séance qui pose les enjeux et anime la discussion, un enseignant-chercheur qui établit un tour d’horizon de l’avancement des recherches dans la thématique et enfin un doctorant ou jeune chercheur qui vient présenter ses travaux.

Lieu : Paris (Sorbonne Université)

Coordonné par : Eric Anceau (MDC-HDR) et Cédric Maurin (doctorant), rattachés à SIRICE et fait intervenir plusieurs autres chercheurs du Laboratoire rattaché à Sorbonne-Université

Organisé par : Sirice, Ed 2 Sorbonne université, Centre d’histoire du XIXe siècle, Comité d’histoire parlementaire et politique, Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe

À propos : Le colloque entend étudier l’instrumentalisation de la justice, soit par les procureurs, soit par les accusés et le rôle des procès politiques en France depuis 1815 chez les opposants. La politisation des procès ne se fait pas à sens unique et ne bénéficie pas toujours à ceux qui l’on instruit : il s’agit donc d’observer comment les accusés et leurs milieux politiques retournent la situation à leur avantage, parfois plusieurs années après.

Lieu : Orléans

Coordonné par : Pierre Allorant, Walter Badier et Noëlline Castagnez

Organisé par : CHPP et le laboratoire POLEN-CEPOC (Université d’Orléans)

Avec le soutien du : Cercle Jean Zay et du CERCIL

À propos : Comme en témoignent les controverses autour des 35 heures, la question de l’aménagement et de la réduction du temps de travail est, à plusieurs titres, éminemment politique. D’abord parce que le travail est une question politique : celui-ci ne sert pas seulement à gagner sa vie, il est aussi vecteur d’intégration, outil de socialisation, et créateur de lien social. De fait, les partisans d’une réduction de la durée du travail y voient un outil de promotion d’une société plus juste, soucieuse du partage des richesses comme de l’épanouissement de chacun. Les lois sur le temps de travail questionnent également le rôle de la loi et donc du pouvoir politique dans la définition des normes au travail, et ainsi, les rôles respectifs de l’État et des partenaires sociaux. Abordée sous l’angle législatif, l’histoire du temps de travail n’est pas linéaire mais marquée d’avancées et de retours en arrière. Aujourd’hui, sous l’effet de la concurrence accrue induite par la mondialisation, l’arsenal législatif et réglementaire mis en place depuis le début du XIXe siècle tend à se diluer. Afin de saisir et de situer les enjeux actuels des débats autour de la (dé)réglementation du temps de travail, la revue Parlement(s). Revue d’histoire politique propose donc une table ronde consacrée à l’élaboration de la législation sur le temps de travail. L’analyse non seulement des débats et du travail parlementaires, mais aussi de l’ensemble des luttes, négociations, controverses, campagnes, etc. qui l’entourent permettra d’éclairer la fabrication des compromis en matière de réduction du temps de travail.

Lieu : Blois

Coordonné par : Laure Machu (modératrice), Matthieu Tracol, Aurélie Philippe, Eric Geerkens, et Claire Lemercier

À propos : Cette manifestation scientifique est organisée à l’occasion du centenaire de la mort d’Émile Combes et constitue un retour sur les années fondatrices de la Troisième République. 

Lieu : Paris (Sénat) et Pons

Coordonné par : Julien Bouchet, Université Clermont Auvergne

Organisé par : Le Sénat et l’Université Clermont Auvergne

Partenaires : le CHPP, le département de la Charente-Maritime, la communauté des communes de la Haute Saintonge et la ville de Pons. 

À propos : Peut-on encore gouverner les mémoires à l’heure de leur mondialisation et des réseaux sociaux qui instaurent des partages horizontaux des passés historiques ? Gouverner la mémoire, est-ce administrer un passé édifiant afin de transmettre aux concitoyens « la possession en commun d’un riche legs de souvenirs » (E. Renan) dans un souci de cohésion sociale et nationale ? Ou est-ce avant tout reconnaître, dans un souci démocratique, la pluralité des expériences historiques singulières vécues par des individus et leurs descendants ? Est-ce réparer les crimes du passé par le biais de la justice et d’une investigation historienne qui vient administrer la preuve en les documentant ? Ou est-ce produire une narration héroïque exaltant le peuple favorisant ainsi des identifications et une communauté de destin ? Il s’agira de se demander si la mondialisation de la mémoire, en instaurant une gouvernance mémorielle, favorise l’établissement général d’une « juste mémoire » (P. Ricœur), ou si elle conduit à une uniformisation des pratiques de gouvernances aux dépens des populations concernées. Répondre à ces interrogations nécessite d’examiner les enjeux de cette mondialisation, les différents acteurs impliqués, les objets historiques saisis ainsi que les effets sur les opinions publiques. – Depuis quelques décennies, le gouvernement des mémoires dans le monde est confronté aux impératifs de réconciliation post-conflits et de réparations des victimes. On assiste à une diversification tant des acteurs (institutions supranationales, ONG, États, collectivités locales, associations, citoyens, internautes) que des instruments (justice transitionnelle, lois mémorielles, procès, commissions vérité, mémoriaux, monuments et commémorations) qui ont instauré des gouvernances à prétention universelle. En outre, l’élargissement à la fois géographique (la compétence universelle) et temporel (l’imprescriptibilité) des champs d’application a profondément modifié les buts et les pratiques des gouvernances mémorielles. Cette mondialisation des mémoires crée en retour des gouvernements de la mémoire centrés sur la nation qui pénalisent des discours divergents sur le passé (Pologne, Russie, Turquie par exemple). – Cette carte blanche propose un aperçu de ces évolutions mêlant des approches locales (Espagne, Taïwan, France), internationales et transnationales.

Lieu : Rendez-vous de l’Histoire de Blois. Carte blanche à la Revue Parlement[s]

Coordonné par : Sébastien Ledoux (modérateur), Sarah Gensburger, Samia Ferhat et Sophie Baby. 

À propos : Le 4 septembre 1870, il y a 150 ans, Gambetta déclare la République à Paris au lendemain de la débâcle militaire de Sedan et de la captivité de Napoléon III. Si la Troisième République a été longue à s’établir, son affermissement a permis de fonder le socle des valeurs républicaines, pour la plupart intégrées depuis au bloc de constitutionnalité, au corpus législatif et jurisprudentiel des républiques qui lui ont succédé depuis la Libération : libertés fondamentales, État de droit, laïcité, décentralisation, égalité des droits et État-providence élargi dans le sillage du Conseil national de la résistance (CNR), fraternité, droits des femmes. Après un siècle et demi de combats, et six décennies de Cinquième République présidentialiste, que signifie aujourd’hui la république ?

Lieu : Paris (Assemblée nationale)

Coordonné par : Pierre Allorant, Walter Badier, Jean Garrigues, David Mélo et Sara Trovalusci.

Organisé par : l’Assemblée nationale et le CHPP

Avec le soutien de : Alumni de Sciences Po

À propos : En 2019, 150 ans après l’Empire libéral et 140 ans après la conquête de la République par les républicains, la décennie 1869-1879 mérite d’être revisitée. En effet, de nombreux travaux universitaires ont renouvelé le regard aussi bien sur la fin du Second Empire que sur l’apport majeur de la famille libérale et modérée à l’élaboration du « modèle républicain ». La mise à disposition des chercheurs de nouvelles sources privées et iconographiques permet aujourd’hui de reconsidérer cette « République sans les républicains ». 

Lieu : Orléans et Paris (Sénat et Conseil d’État)

Coordonné par : Jean-Pierre Machelon

Organisé par : CHPP et le laboratoire POLEN-CEPOC (Université d’Orléans)

Avec le soutien du : Sénat, du Conseil d’État, du LabEx EHNE (écrire une Histoire nouvelle de l’Europe), du CEMMC (Université de Bordeaux) et du Centre Maurice Hauriou

À propos : À l’occasion du vingtième anniversaire de la mort de François Mitterrand, de nombreuses manifestations ont célébré ou analysé sa présidence, qui fut la plus longue de notre histoire. Mais on ne s’est pas intéressé à un aspect pourtant capital de sa carrière politique, c’est-à-dire la vie parlementaire. Député UDSR de la Nièvre sous IVe République, sénateur de 1959 à 1962, puis ténor de l’opposition au Palais-Bourbon de 1962 jusqu’à l’élection présidentielle de mai 1981, son histoire se confond avec celle du Parlement. Elle pose entre autres la question des rapports entre fonction ministérielle et activité parlementaire sous la IVe République, puis celle du leadership d’opposition et de la capacité tribunicienne sous la Ve. Puis ses deux mandats présidentiels interrogent le rôle du chef de l’État confronté à sa majorité parlementaire ou minoritaire dans les périodes de cohabitation. Ce colloque, unique en son genre, ouvre un champ d’études passionnant aux chercheurs en histoire politique.

Lieu : Hôtel de Lassay, Assemblée nationale

Sous le haut-patronage de : Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale

Organisé par : Jean Garrigues

Partenaires : CHPP, laboratoire Polen (Université d’Orléans)

Avec le soutien de : avec le soutien de l’Institut François Mitterrand et de la Fondation Jean-Jaurès

À propos : 1. Entrée des artistes : portraits à charge ; 2. À la gauche de l’hémicycle ; 3. Crayons d’Outre-Rhin : regards croisés

Lieu : Centre international pour la recherche de l’Université d’Orléans, Hôtel Dupanloup, Orléans (tram B, arrêt Cathédrâle – Hôtel de ville)

Organisé par : l’équipe Cepoc (EA Polen, Université d’Orléans) et par le CHPP

À propos : Max Lejeune fut député puis sénateur de la Somme près de 60 ans, président du Conseil général de la Somme de 1945 à 1988 et maire d’Abbeville de 1947 à 1989. Il participa à de nombreux gouvernements de la Quatrième République. Dans celui du général de Gaulle, de juin 1958 à janvier 1959, il fut ministre du Sahara.Max Lejeune mena l’essentiel de sa carrière politique au sein du parti socialiste avant d’en être exclu au début des années 1970 puis de rejoindre l’UDF.Il a considérablement marqué la vie locale de la Somme, en réalisant la reconstruction d’Abbeville après la Seconde Guerre mondiale puis en dirigeant le département.Alors que les historiens disposent maintenant de ses archives déposées à Amiens, les organisateurs ont estimé le moment venu de consacrer un colloque scientifique à cette personnalité emblématique.Plusieurs témoins de la carrière de Max Lejeune viendront témoigner à l’occasion de ce colloque, qui fera, ensuite, l’objet d’une publication.

Lieu : Maison du Patrimoine, 36, rue des Capucins – Abbeville ; Conseil départemental de la Somme, Hôtel des Feuillants – Salle Max-Lejeune
53, rue de la République – Amiens

Organisé par : Le Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits (CHSSC, EA 4289) de l’Université de Picardie Jules Verne

Avec le soutien de : CHPP

À propos :

Depuis le plaidoyer de René Rémond de 1988 « pour une histoire politique » renouvelée, l’étude des partis politiques a connu d’indéniables bouleversements, nés notamment du dialogue accru avec la science politique et la sociologie. Parallèlement, l’analyse des relations internationales s’est nourrie des problématiques nouvelles portées par la mondialisation et la globalisation, et a diversifié ses approches et échelles d’analyse, en accordant une place croissante aux acteurs non-étatiques. Mais paradoxalement, en dépit du succès des approches transnationales, du développement d’une histoire internationale davantage socioculturelle et de celui d’études internationales moins stato-centrées, les travaux sur les structures partisanes ont conservé un ancrage et un horizon profondément nationaux.

Cette journée d’études a donc pour ambition de participer au renouvellement de ces deux champs « du politique », celui des partis politiques et celui des rapports de force internationaux, par le croisement de leurs objets. On cherchera ainsi à définir ce qu’est la diplomatie d’un parti politique, objet encore peu pensé alors même qu’il permet d’éclairer le rapport du politique à la globalisation, ainsi que la manière dont politiques intérieures et grands enjeux de politique internationale s’articulent et s’influencent.

Lieu : Université Paris Diderot-Paris 7

Coordonné par : Noëlline Castagnez, Sophie Cœuré, Olivier Dard, Guillaume Devin, Patrizia Dogliani, Jean Garrigues, Federico Tarragoni

Organisé par : par le laboratoire Identités, cultures, territoires (Université Paris Diderot) le CHPP et la Fondation Jean-Jaurès

À propos : Ce colloque mettra en lumière le rôle déterminant que joua, pendant la Grande Guerre, le Parlement français, et notamment le Sénat où Clemenceau siégea jusqu’en novembre 1917. Il examinera ce qui distingua alors le Parlement français des parlements d’autres pays européens engagés dans cette épreuve. 

Lieu : Le Sénat 15 ter, rue Vaugirard 75291 Paris Cedex 06

Coordonné par : Jean-Noël Jeanneney, Fabienne Bock, Jean Garrigues et Pierre Allorant

Organisé par : le Sénat dans le cadre de la commémoration du Centenaire de la Grande Guerre

À propos : En juin 1940, accaparée par une puissante droite catholique et nationaliste, la figure de Jeanne d’Arc demeure un symbole monolithique de l’Ancien Régime et de la monarchie triomphante, une figure idéale pour l’intense propagande que tentent de mettre en place les mythologues du régime de Vichy.

Lieu : Centre universitaire international de recherche, Hôtel Dupanloup, Orléans

Coordonné par : Pierre Allorant (APR LocMem) et Noëlline Castagnez (Polen-Cepoc)

Avec le soutien de : l’Université d’Orléans et de la région Centre

À propos : Au Panthéon de notre histoire, Gaston Doumergue peut apparaître comme un illustre inconnu, un de ceux que Jean-Louis Debré a baptisé « les oubliés de la République ». Et pourtant, à l’exception de Raymond Poincaré, nul homme politique n’a occupé autant de fonctions au sommet du régime républicain ; député (1893-1906) puis sénateur (1910- 1924) du Gard, plusieurs fois ministre, deux fois président du Conseil, président du Sénat et président de la République (1924-1931), il n’aura rien manqué à la carrière politique de Gaston Doumergue. On peut se demander s’il n’y avait pas une contradiction entre cette réussite exceptionnelle et la personnalité de Gaston Doumergue, familièrement surnommé « Gastounet ». Il ne fait pas partie des ténors de son époque, les Jaurès, Clemenceau, Poincaré, puis Tardieu, Herriot, Laval. On pense aussitôt à la remarque de René Viviani, qui lui confia néanmoins le portefeuille des Affaires étrangères dans le gouvernement à l’aube de la Grande Guerre : « Dans une démocratie bien organisée, Doumergue serait juge de paix en province ! ».

Lieu : Palais du Luxembourg

Sous le haut-patronage de : Monsieur Jean-Pierre Bel, Président du Sénat

Organisé par : le CHPP

Avec le soutien du : Comité d’organisation anniversaire Gaston Doumergue 2013 et de l’ANR ICEM

Lieu : Salle Victor Hugo, 101 rue de l’Université, Assemblée Nationale.

Sous le haut-patronage de : Monsieur le Président de l’Assemblée nationale

Organisé par : le CHPP et le Centre d’études politiques contemporaines de l’Université d’Orléans (CEPOC-POLEN)

Lieu : Sciences Po, salle du conseil – 13 rue de l’université

Organisé par : GEVIPAR et du CHPP

À propos : En 1789, quand la Constituante commence ses travaux, elle reçoit un nombre considérable de pétitions, parfois directement apportées par les citoyens. La prise de parole initiée avec la rédaction des cahiers de doléances se prolonge dans la rédaction d’un nombre important de textes, individuels ou collectifs, qui imposent un dialogue entre la Nation et ses représentants. 

Si la pétition devient vite un droit reconnu, quoi qu’encadré, les change­ments de régimes, nombreux au XIXe siècle, s’accompagnent tous d’un accroissement notable du nombre de pétitions enregistrées par les bureaux des assemblées. Il s’agit d’interroger ce constat quantitatif, d’en dresser une chronologie plus fine, de comprendre les motivations qui poussent les citoyens à se saisir de la plume, ou encore d’analy­ser le traitement que les nouveaux pouvoirs font de ces voix du peuple.

Lieu : Assemblée Nationale, Palais Bourbon, 6e bureau 33 Quai d’Orsay – 75007 Paris

Coordonné par : Fabienne Bock, Thierry Bonzon, Philippe Grandemange, Mathilde Larrère et Frédéric Moret 

À propos : Il y a presque un quart de siècle, une équipe de onze historiens renommés, presque tous issus de Sciences Po et des grandes universités parisiennes, publiaient sous la houlette de René Rémond une sorte de livre-manifeste intitulé « Pour une histoire politique » (Seuil, 1988). Les territoires du politique furent ensuite abondamment questionnés et défrichés pendant la décennie suivante, notamment sous forme d’autres publications collectives. 


Que s’est-il passé depuis ce moment de bouillonnement créateur ? Des courants, des modes, des fascinations historiographiques sont passées par là, des approches nouvelles se sont imposées, et il faut bien dire que l’histoire politique, sans être remise en cause, s’est retrouvée à nouveau décentrée par rapport aux flux moteurs de la recherche. Cela s’est accompagné d’une disparition progressive de nombreuses chaires d’histoire politique, si bien que l’on se retrouve avec une offre de formation pour le moins insuffisante, y compris dans les anciens bastions de la discipline. Or, c’est précisément aujourd’hui, ici et maintenant, que la sauvegarde de cette histoire nous apparaît comme un enjeu civique, qui dépasse de très loin les querelles de chapelle et les petits intérêts corporatifs. 


D’autant que la recherche en histoire politique a fait un bond en avant spectaculaire depuis l’époque de René Rémond. Elle s’est ramifiée dans toutes les directions, s’est enrichie d’un dialogue poussé avec plusieurs disciplines, des champs d’histoire réputés traditionnels se sont totalement rénovés, d’autres sont nés. La curiosité et l’inventivité des jeunes chercheurs n’ont pas de limite, et cela contraste spectaculairement avec la désertification des enseignements.


À l’occasion des dix ans du Comité d’histoire parlementaire et politique, vingt-cinq après l’ouvrage dirigé par René Rémond, il nous a paru intéressant d’esquisser un bilan de cette effervescence productive, et de confronter cette richesse scientifique à la raréfaction des débouchés universitaires. Il ne s’agit pas ici d’une défense corporatiste mais bien d’un véritable enjeu citoyen. À l’heure où la reconstruction du lien social républicain apparaît essentielle, il faut sauver l’histoire politique à l’Université !

Lieu : Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob 75006 Paris

Organisé par le CHPP :

XIXe siècle : Eric Anceau, Corinne Legoy,
XXe siècle: Fabien Conord, Nicolas Roussellier.
Familles politiques : Bernard Lachaise, Sylvie Guillaume, Noëlline Castagnez, Gilles Richard

À propos : Colloque international organisé par les équipes CEPOC et CLARES du laboratoire POLEN, en collaboration avec le laboratoire Collectivités Publiques, le Comité d’histoire parlementaire et politique et avec le soutien du CNRS (UMR 5060/Iramat).

Lieu : amphithéâtre Jean-Zay, Université d’Orléans (jeudi 6) ;
salle Gaston Monnerville, Palais du Luxembourg (vendredi 7)

Organisé par :

Les laboratoires IRAMAT et POLEN de l’université d’Orléans : Pierre Allorant, Noëlline Castagnez, Jean Garrigues, Corinne Legoy, Gaël Rideau et Arnaud Suspène

Lieu : Centre d’histoire de Sciences Po 56 rue Jacob, 75007 Paris

Coordonné par : prof. dr. Carla van Baalen, prof. dr. Jean Garrigues, dr. Frédéric Attal, Joris Oddens MA

Organisé par : EuParl.net, réseau européen d’information et de recherche sur l’histoire parlementaire

Partenaires : le Comité d’histoire parlementaire et politique, The Faculty of Arts of the Radboud University – Nijmegen, The Centre for Parliamentary History – Nijmegen, The Netherlands Organisation for Scientific Research,
The Montesquieu Institute – The Hague, et le Centre d’histoire de Sciences Po

À propos : Le président de l’Assemblée Nationale (ou de la Chambre des députés) est l’une des figures majeures de notre histoire politique depuis la Révolution française. Des personnages illustres de notre panthéon républicain ont été associés à cette prestigieuse fonction, tels Condorcet, Danton, Robespierre, Jules Grévy, Léon Gambetta, Edouard Herriot, Vincent Auriol, Edgar Faure, Jacques Chaban-Delmas ou Philippe Séguin.

Ce dernier leur a d’ailleurs consacré un ouvrage très complet et fouillé, une galerie de portraits, depuis les présidents des Assemblées révolutionnaires, élus pour quinze jours, jusqu’à Laurent Fabius, son prédécesseur. Si leur importance historique se révèle inégale, comme la durée même de leur mandat (seize ans pour Jacques Chaban-Delmas, un record ; une journée pour François-Henri de Virieu, élu le 27 avril 1789 et démissionnaire le lendemain), cette diversité elle-même est intéressante, car elle reflète l’extraordinaire vitalité de cette institution majeure de notre histoire. Et pourtant, aussi étonnant que cela puisse paraître, aucune étude universitaire d’ampleur n’a été consacrée à ce sujet central de notre vie parlementaire. Les biographies des hommes illustres qui ont incarné la fonction ne lui accordent souvent qu’une place marginale. Si l’on connaît assez bien les péripéties des élections au “perchoir”, parce qu’elles relèvent d’une histoire politique plus large, on sait finalement assez peu de choses sur la fonction elle-même, au jour le jour, et sur son évolution à travers les régimes et les décennies. Dans son rôle d’organisateur, à la tête d’une administration de plus en plus étoffée et complexe, dans son rôle d’arbitre, garant de l’efficacité et de la bonne tenue des débats en séance publique, dans son rôle institutionnel, intermédiaire entre l’exécutif et le législatif qu’il incarne dans son rôle de représentation, participant aux grandes cérémonies nationales ou à la diplomatie internationale, le président de l’Assemblée nationale reste par bien des aspects un inconnu.

Lieu : Assemblée nationale

Sous le haut-patronage de : Bernard Accoyer Président de l’Assemblée nationale

Organisé par : le CHPP

Avec le soutien de : d’EuParl.net

Lieu : Université de Picardie-Jules Verne, Site du Logis du Roy, Rue du logis du Roy, (centre ville, face au Palais de Justice) Amiens

Coordonné par : David Bellamy (MCF à l’Université de Picardie-Jules Vernes, CHSSC ; ANR Gaulhore),

Organisé par : Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits de l’UPJV et par l’ANR Gaulhore

Avec le soutien du : CHPP et du service des études et recherches de la Fondation Charles de Gaulle

Lieu : Palais-Bourbon – Salle Lamartine, 101 rue de l’Université 75007 Paris

Coordonné par : Sabine Jansen, Gilles Le Béguec, Jean-Paul Thomas, David Valence

Organisé par : le Centre d’histoire de Sciences Po

Avec le soutien de : l’Assemblée nationale et avec le soutien du CHPP

Coordonné par : Thierry Truel (Centre d’étude des mondes moderne et contemporain – EA 2958, Université Bordeaux 3)

Avec le soutien du : CHPP et du groupe jeunes chercheurs du CEMMC au lycée Max Linder, Libourne.

Lieu : Centre d’histoire de Sciences Po le vendredi (56 rue Jacob – Paris 6e), à l’Assemblée nationale le samedi (salle du groupe parlementaire socialiste n°6217, 126, rue de l’Université – Paris 7e)

Coordonné par : Noëlline Castagnez, Jean Garrigues, Gilles Morin et Jean-François Sirinelli

Organisé par : le Centre d’histoire de Sciences Po et le CHPP

Coordonné par : Emilia Robin-Hivert et Christian Wenkel

Organisé par : l’Institut historique allemand de Paris, le Réseau international de jeunes chercheurs en histoire de l’intégration européenne et le CHPP

À propos : Colloque organisé à l’occasion des 40 ans de la déclaration de politique générale de Jacques Chaban-Delmas devant l’Assemblée nationale le 16 septembre 1969.

Lieu : Assemblée nationale, Salle Victor Hugo, Immeuble Jacques Chaban-Delmas
101, rue de l’Université – 75007 Paris

Sous le haut patronage de : Nicolas Sarkozy, président de la République et de Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale

Organisé par : le Centre d’histoire de Sciences Po et “Chaban aujourd’hui”

Partenaires : Comité d’Histoire Parlementaire et Politique, en association avec LCP-Assemblée nationale et l’INA

Avec le soutien du : CHPP

À propos : Employées sans réelle distinction de sens par la plupart des commentateurs de la vie politique à l’occasion des soirées électorales, les expressions de « fief », de « bastion », « terre de mission » et de « désert » électoraux semblent communément renvoyer à une identité politique locale où s’entremêlent tradition, folklore et jeu d’influence d’une famille ou d’une personnalité politique. Au-delà des clichés véhiculés par l’abondance de références métaphoriques, ces expressions soulèvent de véritables enjeux méthodologiques pour les historiens travaillant sur les identités et cultures politiques, l’approche biographique ou la monographie. Appréhender le phénomène de territorialisation de la vie politique implique de prêter autant d’attention aux électeurs – explication des votes et analyse des comportements électoraux – qu’aux élus à travers le cumul des mandats, le savoir-faire électoral ou la notabilité. Cette voie d’entrée doit conduire à analyser avec profit les positions de pouvoir politique. Dans cette optique, la confrontation des travaux et des méthodes ne peut que déboucher sur une perception comparative à l’échelle locale, nationale et internationale tout à fait stimulante.

Coordonné par : Éric Kocher-Marboeuf (université de Poitiers) et François Dubasque (Association Georges Pompidou)

Organisé par : l’université de Poitiers (GERHICO-CERHILIM EA 4270)

Avec le soutien du : CEMMC de l’université Bordeaux 3 et du CHPP

Lieu : Centre d’histoire de Sciences Po, 56 rue Jacob, Paris 6e

Coordonné par : Ludivine Bantigny et Arnaud Baubérot

Organisé par : le Centre d’histoire de Sciences Po, l’université de Paris Est-Paris XII et le Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée (Paris XII)

Avec le soutien du : Comité d’Histoire Parlementaire et Politique et de la Fondation Jean Jaurès

À propos : En 1959, le Sénat de la Ve République succédait au Conseil de la République. S’ouvrait ainsi une nouvelle phase de l’histoire, deux fois centenaire, de la Seconde chambre française. Ce cinquantième anniversaire coïncide avec l’entrée en vigueur de la révision constitutionnelle votée en juillet 2008, qui entend renforcer la place du Parlement dans les institutions.

Organisé par : le CHPP

Partenaires : le Sénat

Avec le soutien de : la Fondation nationale des Sciences politiques et de l’université Paul Cézanne (Aix-Marseille III)

Lieu : Archives nationales – 60 rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris

Organisé par : le Centre d’histoire sociale (université Paris I – CNRS) et l’Ours, Office universitaire de recherches socialistes

Avec le soutien de : la Fondation Charles de Gaulle, des Archives nationales et du Comité d’histoire parlementaire et politique

Lieu : salle Clemenceau, Palais du Luxembourg

Coordonné par : Jean Garrigues, Thierry Barboni et Ludivine Vanthournout

Organisé par : le CHPP

Lieu : salles D035 et D040, Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne, 
28 rue Serpente, 75006 Paris

Organisé par : le Centre de recherche en histoire du XIXe siècle (universités Paris I et Paris IV)

Avec le soutien de : l’école doctorale II de Paris-Sorbonne et le Comité d’histoire parlementaire et politique

À propos : table-ronde organisée par le CHPP

Lieu : 17h30-19h, Maison de la Magie, 
Les Rendez-vous de l’Histoire, Blois, du 9 au 12 octobre 2008

Organisée par : Jean Garrigues, professeur à l’université d’Orléans, président du CHPP, François Bayrou, président du MoDem, Bastien François, professeur à l’université Paris I, Sylvie Guillaume, vice-présidente de l’université Bordeaux III, Jean-François Sirinelli, directeur du Centre d’histoire de Sciences Po, et Michel Winock, professeur à Sciences Po Paris.

Coordonné par : Marie-Anne Matard-Bonucci, professeur à Grenoble II, chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences Po et Marc Lazar, professeur à Sciences Po et à la LUISS (Rome), chercheur associé au CERI et au Centre d’histoire de Sciences Po

Organisé par : le CERI et le Centre d’histoire de Sciences Po

Avec le soutien de : l’Institut culturel italien, de l’Ecole française de Rome, du Comité d’histoire politique et parlementaire (CHPP), de l’Institut François Mitterrand et de la Mairie de Paris

Coordonné par : Sylvie Guillaume, Jean Garrigues et Jean-François Sirinelli

Organisé par : le Centre d’histoire de Sciences Po et le Comité d’histoire parlementaire et politique

Avec le soutien de : l’Institut universitaire de France

A propos : Journée d’études annuelle Sénat/CHPP

Organisé par : le Sénat et le CHPP

Lieux : jeudi 18 octobre : Conseil général de l’Hérault
1000 rue d’Alco, 34087 Montpellier cedex 4
vendredi 19 octobre : Conseil régional du Languedoc-Roussillon
201 avenue de la pompignane, 34 064 Montpellier cedex 2

Coordonné par : Geneviève Gavignaud-Fontaine (Montpellier III), Jean Garrigues (CHPP, Université d’Orléans), Paul Alliès (Montpellier I), Fabien Nicolas (Montpellier I), Philippe Lacombrade (Montpellier III)

Organisé par : le CHPP, le CEPEL (Montpellier I) et le Centre Croyances et Mentalités Contemporaines (Montpellier III)

Partenaires : le Conseil Régional du Languedoc-Roussillon et le Conseil Général de l’Hérault

À propos : Pour la quatrième année consécutive, le Sénat et le Comité d’histoire parlementaire et politique ont décidé de s’associer pour organiser une journée d’études réunissant des universitaires, historiens et politistes, ainsi que des acteurs de la vie politique.


Le thème choisi cette année marque la volonté de célébrer le cinquantième anniversaire du traité de Rome du 25 mars 1957, qui vit la naissance du Marché commun ainsi que l’organisation européenne de l’atome. 
Il nous a paru nécessaire d’intégrer cette commémoration dans une perspective historique plus large, qui permet de souligner le rôle central que la France a joué dans la construction européenne depuis le XIXe siècle. Pour la première fois, une réflexion d’ensemble va être menée sur l’histoire parlementaire des grands débats européens, depuis les années 1850 jusqu’à nos jours.

Organisé par : le Sénat et le Comité d’histoire parlementaire et politique

À propos : Loin des visions normatives sur ce qui serait « une bonne campagne », cette journée aura pour but de comprendre les processus socio-historiques et politiques à l’œuvre dans les campagnes électorales ; elle permettra à la fois de penser comment se sont faites les campagnes électorales et comment elles sont en train de se faire.

Lieu : Sénat, salle Clemenceau

Organisé par : le CHPP

Lieu : salle de conférence du Centre d’histoire, 56 rue Jacob, 75 006 Paris

Coordonné par : Michel Leymarie et Jacques Prévotat

Organisé par : le Centre d’histoire de Sciences Po

Partenaires : l’Institut de Recherches Historiques du Septentrion (IRHIS), du Comité d’histoire parlementaire et politique

Avec le soutien de : l’EA 3024 de l’université Paul Valéry

À propos : Le Front populaire constitue un moment exceptionnel dans l’histoire contemporaine française, en termes de mobilisation politique ou de confrontation sociale et symbolique. Temps de radicalisation et de bipolarisation accélérée, prolongé par les déchirements de la Deuxième Guerre mondiale, il est aussi longtemps resté un objet d’histoire controversé.
Cependant, sa place particulière semble s’être estompée progressivement.
 Ce colloque se veut une réflexion sur le Front populaire dans sa dimension politique et sociale, mais aussi un regard sur l’historiographie de celui-ci. Entre le milieu des années soixante, avec les grands colloques organisés par la Fondation nationale des sciences politiques et celui des années quatre-vingt, ce temps du Front populaire a fait l’objet de lectures historiographiques dynamiques, des colloques consacrés à Léon Blum chef de gouvernement à ceux qui ont été suscités par le cinquantième anniversaire de 1936. Depuis, il n’y a pas eu de grandes publications ou rencontres sur ce sujet, mise à part la parution de livres de synthèse (Danielle Tartakowsky, Serge Wolikow, etc.), et de diverses productions dans des collections grand public. Par ailleurs, une mémoire partisane a longtemps été dynamique, à gauche principalement. Mais, après l’échec électoral de la gauche en 1986 et l’effondrement du bloc communiste, le regard partisan et historique a probablement changé. En 1996, le soixantième anniversaire de l’événement a été pratiquement occulté. À l’orée de 2006, aucune initiative commémorative majeure n’est annoncée. Chaque partie sera l’objet d’un cahier des charges demandant aux intervenants de préciser les enjeux de sources et de mémoire, en conclusion notamment. Pourtant, de nombreux éléments existent pour essayer de renouveler ou en tout cas d’interroger cette histoire d’un événement majeur dans l’histoire politique du XXe siècle. Divers éléments concourent à revisiter la période du Front populaire aux plans politique, social et culturel.

Organisé par : Gilles Morin, Gilles Richard, Frédéric Cépède, Michel Dreyfus, Jean Garrigues, Gilles Morin, Gilles Richard, Gilles Vergnon, Serge Wolikow

Centre d’histoire sociale du XXe siècle (Paris-1), 
Comité d’histoire parlementaire et politique, 
Fondation Jean Jaurès, 
Centre de recherche sur l’action politique en Europe (université Rennes 1 et IEP de Rennes), 
Centre Georges Chevrier (université de Bourgogne – CNRS).

Organisé par : Laurent Jalabert, Bertrand Joly et Jacques Weber

Partenaires : ministère de l’Outre-mer, du Conseil régional des Pays de Loire, du Conseil général de Loire Atlantique, de la Ville de Nantes, de la Région Guadeloupe, du Musée Dobrée, de l’Université de Nantes, du Comité d’histoire parlementaire et politique et du Conseil général de Saint-Pierre et Miquelon

À propos : Le 57ème congrès de la CIHAE a eu lieu à Paris du 6 au 9 septembre 2006.

Axe 1 : Noblesse et pouvoir intermédiaire en France et en Europe, XVIIe– XIXe siècles
Axe 2 : Les acteurs de la vie parlementaire et des assemblées représentatives (biographie, prosopographie, sociologie) en France et dans le monde
Axe 3 : Le travail parlementaire et le fonctionnement des assemblées en France et dans le monde
Axe 4 : Images, représentation et médiatisation de la vie parlementaire, en France et dans le monde
Axe 5 : Les Parlements face aux autres pouvoirs (exécutif, judiciaire, économique, religieux, médiatique) en France et dans le monde

Lieu : à l’Assemblée nationale, au Sénat et à l’université Paris IV – Sorbonne

Organisé par : le CHPP est membre de la CIHAE, Commission internationale d’histoire des Assemblées d’Etat (ICHRPI, International Commission for the History of Representative and Parliamentary Institutions).

À propos : La formation et la pratique professionnelles des juristes définissent un lien étroit avec le politique et ambivalent avec le pouvoir. Au temps des légistes de l’Ancienne France qui ont contribué à fonder et à légitimer l’ordre juridique et politique occidental a succédé sous les Républiques, l’ère des professionnels du politique, détenteurs de nouvelles compétences. Les branches spéculatives et praticiennes du droit revendiquent le rôle de conseiller du prince, investissent le combat électoral et la scène politique, contribuent aux débats publics. A partir d’un regard croisé d’historiens, politistes et publicistes, et au travers du témoignage de principaux acteurs, la journée d’études se propose de revenir plus spécifiquement sur le lien desjuristes avec la loi au XXè siècle. Celle-ci s’organise autour de trois axes qui établissent un double rapport, interne et externe, des professions juridiques vis-à-vis de la loi. Quelles contributions des professionnels du droit parlementaires ? Quelles formes prises par les critiques de la loi ? Quelles modalités d’expertise ?

Lieu : Sénat, salle Médicis

Organisé par : le Comité d’Histoire parlementaire et politique et le Centre d’Etudes Constitutionnelles et Politiques (CECP – Paris II)

À propos : La journée est organisée à l’occasion du centième anniversaire de la création du ministère du Travail (1906). Elle se donne pour objet de rappeler cent ans de débats parlementaires, de législation et de politique concernant le domaine du travail, des conditions de vie des salariés sur leur lieu de travail à l’organisation des loisirs, sans oublier les droits sociaux (retraite, protection sociale… ).  Comme les précédentes journées d’études coorganisées par le CHPP et le Sénat, elle se propose d’associer universitaires et acteurs du monde syndical et politique dans le cadre de conférences et de tables rondes. Les acteurs du monde syndical et politique sont pour les historiens et les sociologues des témoins précieux qui suscitent la réflexion, nourrissent le discours universitaire et permettent le plus souvent de remettre entre autres dans leur contexte les grandes discussions parlementaires qui scandent les moments importants de la législation sociale.

Lieu : Sénat

Sous le haut patronage de : Christian Poncelet, Président du Sénat

Organisé par : le CHPP

À propos : En cette année de centenaire du Parti socialiste, le CHPP souhaite s’interroger sur l’acclimatation de la culture socialiste, certes républicaine, mais longtemps marxiste et révolutionnaire, au jeu parlementaire.

Dans une approche résolument pluridisciplinaire, historiens et politistes analyseront les étapes, les ajustements doctrinaux et statutaires, et les pratiques qui ont permis de concilier socialisme et parlementarisme. Un éclairage particulier sera accordé à des moments et des lieux déterminants dans cette évolution, tels que la Seconde Guerre mondiale et le Sénat. Puis on étudiera la professionnalisation progressive du parlementaire socialiste, membre d’un parti qui s’est longtemps voulu ouvriériste, en évoquant grandes figures d’autrefois et études de cas, la formation et la sociologie des élites roses, puis la gestion de l’image et l’éloquence socialistes d’aujourd’hui. De grands témoins seront alors conviés à évaluer dans quelle mesure la Vème République constitua une rupture pour les parlementaires socialistes.

Lieu : Sénat, salle Médicis

Coordonné par : Frédéric Attal, Alexandre Borrell, Noëlline Castagnez, Jean Garrigues, Gilles Morin et Nicolas Roussellier

Organisé par : le CHPP

À propos : Chacun dira son sentiment, il va de soi, sur la commémoration en cours de la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État. Mais c’est plutôt « d’à propos » qu’il s’agit. Comment cette loi républicaine et totémique, dans son application, son commentaire et sa jurisprudence a-t-elle répondu aux situations historiques successives depuis un siècle ? Comment a-t-elle accompagné le mouvement de sécularisation qui a si profondément modifié nos sociétés ? Finalement, entre réglementation des cultes et promotion de la laïcité, a-t-elle eu et a-t-elle encore de l’à propos ?

Lieu : 8e édition des Rendez-vous de l’Histoire sur le thème « Religion et politique »

Coordonné par : Jean-Pierre Rioux, rédacteur en chef de Vingtième Siècle. Revue d’histoire, Jean Garrigues, professeur à l’université d’Orléans et président du CHPP, François Bayrou, Président de l’UDF, Jean-François Chanet, professeur à l’université Charles-de-Gaulle Lille III, Denis Pelletier, professeur à l’université Lumière – Lyon II, Philippe Portier, professeur à l’université de Rennes et Bernard Stasi, ancien ministre, président délégué Cités Unies France

Organisé par : Comité d’Histoire Parlementaire et Politique et de Vingtième Siècle. Revue d’histoire

Partenaires : MAIF, MGEN, CASDEN

À propos : Tocqueville est l’une des rares figures intellectuelles commune à l’Europe et aux Etats-Unis. Aussi son œuvre s’est elle imposée comme une référence majeure dans le débat d’idées qu’entretiennent, depuis plus de deux cents ans, l’Europe et l’Amérique. Relire Tocqueville dans la perspective d’un dialogue entre les traditions de pensée continentale et anglo-américaine, réévaluer les apports de sa pensée pour comprendre le monde d’aujourd’hui, tels sont les objectifs du colloque organisé à l’occasion du bicentenaire de la naissance de l’écrivain.

On étudiera l’insertion historique de la pensée de Tocqueville, son rapport aux Lumières et à la contre-révolution, ainsi que le dialogue dans lequel elle entre avec le libéralisme français ou américain. La méthode de Tocqueville consiste en un va et vient entre l’observation du monde politique et la construction de concepts: on étudiera donc à la fois l’enquêteur et le philosophe ou le politiste. Enfin on s’interrogera sur l’inscription de Tocqueville dans le conflit des interprétations actuelles, en Europe et aux Etats-Unis, puisque sa pensée reste au cœur des débats sur la démocratie.

Organisé par : Jean-Louis Benoît, Françoise Mélonio et Olivier Zunz

Avec le soutien de : Conseil Général de la Manche et de La Société Tocqueville, le soutien de la Fondation Florence Gould et la participation du Comité d’histoire parlementaire et politique

à propos : Ce colloque international prolonge celui organise a la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine a Bordeaux le 25 et 26 Mars 2004, dont les actes ont été publiés en février 2005. Leurs thèmes communs tournent autour du “tropisme du centrisme”, programme de recherche présenté par Sylvie Guillaume dans le cadre de l’Institut Universitaire de France. La dimension européenne du colloque de Paris permet d’analyser le rôle du centre et du centrisme dans les pays où il existe une culture libérale ou démocrate-chrétienne plus forte qu’en France. Le choix du long terme dans les deux colloques permet de dégager des moments du centrisme et de s’interroger sur l’éventualité d’un recentrage de la vie politique en Europe occidentale. C’est la raison pour laquelle le colloque de Paris s’articule en quatre séances chronothématiques introduites par quatre enseignants- chercheurs français et que les autres communications portent toutes sur d’autres pays européens : Allemagne, Belgique, Espagne, Grande-Bretagne, Italie. 

Lieu : Sénat (salle Clemenceau) et Université Paris IV – Sorbonne (salle des Actes)

Sous le haut patronage de : Christian Poncelet, Président du Sénat

Organisé par le CHPP et l’Institut universitaire de France (IUF) : Serge Berstein, Philippe Chassaigne, Jean Garrigues, Sylvie Guillaume, Jean-Marie Mayeur, Horst Möller, Éric Anceau, Frédéric Attal, Marie Boisson-Gabarron

Avec le soutien de : l’Institut für Zeitgeschichte Muenchen-Berlin, de l’Universidad Nacional de Education a Distencia, du Centre Aquitain d’Histoire Moderne et Contemporaine (CAHMC)et du Ministère de la Recherche

Lieu : Sénat (salle Clemenceau)

Sous le haut patronage de : Christian Poncelet, Président du Sénat

Organisé par : le CHPP

À propos : Pendant un siècle, la démocratie française a exclu les femmes. Peu à peu, à force de luttes, elles se sont fait une place dans la vie politique. Trois sous-secrétariats d’Etat sous le Front populaire, le droit de vote en 1944, et quelques strapontins ministériels pendant trois décennies. A l’aube des années 80, on a cru que le rôle politique des femmes était enfin reconnu, et qu’elles y étaient désormais les égales des hommes. Vingt ans plus tard, le bilan est loin d’être satisfaisant et cela pose bien des questions à la démocratie française. Pourquoi la France reste-t-elle un des pays les plus attardés en matière de parité politique ? Faut-il des lois pour imposer la parité ? Comment les femmes peuvent-elles conquérir un nouvel espace politique ? Comment vivent-elles dans ce nouvel espace ? Y-a-t-il une gouvernance au féminin ? Comment la politique peut-elle répondre aux inégalités du « genre » dans la société d’aujourd’hui ? 

Organisé par le CHPP dans le cadre de la 7e édition des Rendez-vous de l’histoire à Blois, consacrés aux “Femmes dans l’histoire”

Avec Mme Gisèle Gautier, sénatrice, M. Jean Garrigues, professeur à l’université d’Orléans, Mme Edith Cresson, ancien Premier ministre, Mme Bariza Khiari, sénatrice, Mme Jacqueline Gourault, maire

À propos : Ce colloque est destiné à confronter les points de vue des historiens et des acteurs-témoins sur l’histoire – encore peu connue – d’un des principaux partis politiques de la France du XXe siècle. 

Lieu : Sénat, salle Gaston Monnerville

Coordonné par : Sylvie GUILLAUME (Institut universitaire de France) et Gilles RICHARD (IEP de Rennes)

Lieu : Paris, Sénat et Sorbonne

Sous le haut patronage de : Christian Poncelet, Président du Sénat

Organisé par :

Le Centre d’Histoire du XIXe siècle (Paris I – Paris IV), le CHPP, les universités de la Sorbonne, de Paris X-Nanterre et Metz : Eric Anceau, Frédéric Attal, Dominique Barjot, Olivier Dard, Jean Garrigues, Isabelle Lescent-Giles et Didier Musiedlak

Avec le soutien du : Ministère délégué à la Recherche et aux Nouvelles Technologies, du Sénat, et de l’Institut universitaire de France

À propos : À l’occasion du trentième anniversaire de la création du secrétariat d’État à la condition féminine, la journée d’études organisée par le CHPP a pour thème “Les femmes en politique”.

Sous le haut patronage de : Christian Poncelet, Président du Sénat

Avec le soutien de : la revue L’Histoire

À propos : Le centre en France relève de définitions en creux. Les termes “juste milieu”, “marais”, “entre-deux” ont une connotation négative. La culture politique française ne reconnaît pas ce qui est ni la droite, ni la gauche. Le centriste est bien souvent celui qui évolue de la gauche vers la droite au gré des circonstances et par ambition personnelle. Le centrisme n’a pas sa place dans une culture politique marquée par le conflit. On peut s’interroger sur cette image négative qui n’est pas celle que l’on trouve dans tous les pays européens, où il existe sans doute une forte tradition de culture libérale ou chrétienne-démocrate et où le poids du parti communiste est plus faible qu’en France. Ce colloque tente d’expliquer les raisons de l’échec du centrisme en France. Il a été suivi par un second volet, en mai 2005 au Sénat, envisageant la question à la lumière du comparatisme européen.

Lieu : Université Bordeaux III, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine

Organisé par :

Le Centre Aquitain d’Histoire Moderne et Contemporaine (CAHMC), l’Institut Universitaire de France (IUF), la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (MSHA) et le Comité d’Histoire Parlementaire et Politique (CHPP) : Serge Berstein, Philippe Chassaigne, Jean Garrigues, Sylvie Guillaume, Jean-Marie Mayeur, Horst Möller et René Rémond

À propos : Le projet de cette journée d’études s’insère dans un programme de recherche pluriannuel consacré au ” Geste objet d’histoire “. Deux séminaires l’ont précédé. Le premier fut consacré à la brutalité et à ses expressions physiques depuis la haute antiquité babylonienne jusqu’à la Seconde Guerre mondiale. Le deuxième avait pour thème la construction des gestes médicaux depuis les balbutiements modernes jusqu’aux tentatives de systématisation du XIXe siècle. Cette troisième journée cherchera à montrer comment la geste politique s’est construite autour d’une logique de civilité dont les fragments connaissent des réinterprétations au fil des dernières décennies. C’est qu’en effet, la politique longtemps considérée comme un espace sacral a rompu avec ses anciennes références religieuses. Elle se tourne vers d’autres terrains où elle trouve un élan nouveau. L’étude de quelques gestes spécifiques permettra de préciser lesquels et de s’interroger sur les limites de cette reconversion. L’itinéraire ici proposé conduit ainsi des formes les plus traditionnelles des liturgies publiques à des attitudes inédites ou à des combinaisons surprenantes. Au passage s’impose une réflexion sur les rituels politiques et leur rapport avec les habitudes suscitées par les techniques de mise en scène.

Lieu : Salle de conférence, bâtiment Max Weber (K) 
RER A, Nanterre-Université, 200 av. de la République – 92000 Nanterre

Organisé par :

Le Centre d’histoire politique et religieuse de l’Europe XIX-XXe siècles : Fabrice d’Almeida (U-Paris X-Nanterre), Hélène Duccini (U. de Paris X-Nanterre), Vincent Duclert (EHESS), Christian Ingrao (IHTP), Christian Delporte (UVSQ), Frédéric Cépède (OURS), Anne-Claude Ambroise-Rendu, Nicole Edelman, Fabrice d’Almeida

Partenaire : Comité d’histoire parlementaire et politique

À propos : Journée d’étude du CHPP au Sénat

Lieu : Sénat, salle Clemenceau

Sous le haut patronage de : Christian Poncelet, Président du Sénat

Organisé par : l’Université d’Orléans

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search